UNE FABRICATION TRADITIONNELLE LONGUE ET MINUTIEUSE



Les Attars, parfums naturels par excellence, sont le fruit d'un grand savoir-faire qui vise à capturer et préserver au mieux les plus belles fragrances de la nature.

Leur fabrication ne met en oeuvre que des éléments naturels : végétaux, terre, feu, eau, air ...
 
cueillette de rose
Avant la fabrication proprement dite, il s'agit d'abord de récolter les matières végétales aromatiques dans les aires sauvages ou cultivées (sans pesticides ni engrais chimiques). Une petite quantité de Attar requiert plusieurs dizaines de milliers de pétales. La production de 10 g d'essence pure de Rose nécessite par exemple 50 kilos de fleurs !
 
Les pétales de fleurs et autres composants végétaux requis (jusqu'à 160 kilos) sont versés dans un chaudron en cuivre - appelé "deg" - qui fait fonction d'alambic. Ils sont alors distillés avec une certaine quantité d'eau, à température et pression basses afin de préserver certaines molécules aromatiques fragiles. 
 
Le deg, traditionnellement chauffé au feu de bois, est relié à un receveur, le "bhapka", par l'intermédiaire d'un conduit en bambou, le "chonga".


 
 
 1. Deg : chaudron en cuivre

 2. Joint en coton et argile

 3. Sarpos : couvercle en cuivre

 4. Chonga : conduit en bambou

 5. Bhapka : receveur



Le bhapka contient de l'huile de bois de santal (ou de l'huile de vétiver pour nos Attars contemporains). Cette huile a la capacité de capturer et fixer les molécules aromatiques (qui seraient très volatiles et fugaces sans cela).

La vapeur d'eau produite dans le deg est chargée de molécules aromatiques, elle va passer dans le bhapka par l'intermédiaire de la pipe de bambou. Le bhapka est placé dans un bac où l'eau est régulièrement renouvelée pour rester fraîche et permettre la condensation de cette vapeur d'eau. Les gouttelettes d'huiles aromatiques ainsi recueilles se mélangent à l'huile de santal (ou de vétiver).

 
   
La longue expérience des fabricants de attars leur permet de contrôler et maintenir minutieusement des températures et pressions basses durant les distillations. Ces paramètres sont essentiels pour préserver les molécules aromatiques les plus fragiles et subtiles. Celles-ci seraient détruites avec un processus de distillation classique comme celui utilisé pour  les huiles essentielles.

Le processus de distillation dure environ 4 heures et il est répété plusieurs fois, durant au moins 2 semaines, afin que l'huile du receveur soit saturée de molécules aromatiques. Les distillations peuvent durer plusieurs mois, comme pour le Attar Hina par exemple, qui requière de nombreux composants et demande plusieurs étapes de fabrication.
 
L'eau florale (hydrolat) présente dans le receveur est récupérée après décantation nocturne et replacée dans le deg. Elle apportera ses arômes subtils à la nouvelle fournée de pétales de fleurs fraîchement cueillies.
 
Après ces différentes étapes de distillation, le contenu du receveur (huile et molécules aromatiques) est soigneusement  stocké en vue d'affiner la décantation et de ne garder que la précieuse huile de parfum.
 

Ce processus de fabrication offre un produit réellement naturel et dénué de toute trace de solvant ou d'alcool.
Il est  très différent des "parfums naturels" que l'on peut trouver dans le commerce et dont la fabrication consiste à ajouter à froid quelques gouttes d'huiles essentielles ou d'extrait de parfum à une base d'alcool, d'huile ou de cire végétales.